fbpx
Contenu sponso, partenariat… Mode d’emploi – Part 2

Contenu sponso, partenariat… Mode d’emploi – Part 2

[vc_row][vc_column][vc_column_text]J’ai déjà abordé ce sujet dans un précédent article. Le sujet du développement du digital, notamment de la communication dans notre filière me passionne. Création de contenu, émergence des influenceurs, développement du marketing d’influence, il y a tellement à faire et à dire ![/vc_column_text][vc_separator color= »custom » style= »dotted » border_width= »10″ el_width= »50″ accent_color= »#623947″][vc_column_text]📸 Andy Chansel by Marie Sapin

Dans ce précédent article, même si j’ai abordé des sujets très généraux, il était quand même majoritairement destiné aux influenceurs. Dans celui-ci, je voudrais aborder l’aspect des entreprises et des marques.[/vc_column_text][vc_column_text]🔗 Contenu sponso, partenariat… Mode d’emploi – part 1[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

Ces nouveaux métiers

[/vc_column_text][vc_row_inner][vc_column_inner width= »1/2″][vc_column_text]Je pense qu’un rappel s’impose. Ces dernières années, et je trouve que les choses se sont accélérées ces derniers mois, les influenceurs sont sortis de leur chambre. Et on se retrouve face à un vrai métier, aussi nouveau et difficilement définissable, c’est un métier. Un métier qui nécessite du travail, du matériel, du temps. Et « tout travail mérite salaire« . Et ça, ça n’est pas toujours facile à comprendre/faire comprendre. Si c’est quelque chose qui commence à rentrer dans les mœurs dans d’autres domaines, dans notre filière, c’est un peu plus compliqué.[/vc_column_text][/vc_column_inner][vc_column_inner width= »1/2 »][vc_column_text]Mais ce n’est pas le seul souci de l’influence, cet aspect réfractaire concerne tout ce qui touche au digital. Notre filière est encore très « vieille école » et certaines évolutions ont encore du mal à passer. Heureusement, beaucoup de choses ont commencé à évoluer dans le bon sens. De nouvelles marques, de jeunes entreprises donnent le LA et les plus anciens ne vont pas avoir le choix que de suivre le rythme.[/vc_column_text][/vc_column_inner][/vc_row_inner][vc_column_text]🔗 Monde équestre et Marketing d’influence[/vc_column_text][vc_row_inner][vc_column_inner width= »1/2″][vc_column_text]La situation actuelle avec les différents confinements ne fait qu’accélérer tout ça. On ne peut plus se rencontrer, plus de salon, plus de concours et du coup, le traditionnel bouche-à-oreille ne fonctionne pas. Le seul moyen de créer et entretenir le lien se trouve à travers un écran. D’autres secteurs l’ont bien compris, les dépenses de marketing digital en juin sont de 2 % inférieures à celles de février (niveau d’avant période de confinement) et les secteurs durement touchés par la crise réinvestissent dans le digital en sortie de confinement (source ColombusConsulting).[/vc_column_text][/vc_column_inner][vc_column_inner width= »1/2″][vc_single_image image= »4015″ img_size= »full » alignment= »center »][/vc_column_inner][vc_column_inner][vc_column_text]Une marque a tout intérêt à passer par une campagne d’influence, moins onéreuse que la communication classique et un retour sur investissement plus facilement mesurable.

Une petite définition, ça ne fait jamais de mal : Le marketing d’influence ou influence marketing en anglais, est l’ensemble des techniques qui tendent à user de la force de recommandation ou de prescription des influenceurs. C’est donc en quelque sorte, la capacité de créer des prescripteurs ou des ambassadeurs pour sa marque.

Les choses ont commencé il y a plus longtemps que l’on ne le pense, à l’époque du boom des blogs et des premiers envois presse. Les choses ont bien entendu pris de l’ampleur avec les réseaux sociaux qui sont devenus un vecteur de choix pour les entreprises dans l’influence et on arrive au succès qu’on lui connaît aujourd’hui. Le marketing d’influence est ainsi devenu indispensable dans une stratégie de communication.[/vc_column_text][/vc_column_inner][/vc_row_inner][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

Que fait concrètement un influenceur ?

[/vc_column_text][vc_column_text]Un influenceur crée du contenu pour un annonceur. Le contenu créé dépend souvent du type de collaboration entre l’influenceur et l’annonceur, si c’est du one shot ou du plus long terme, si l’influenceur devient ambassadeur de la marque par exemple. Ça va également dépendre du type de contenu demandé, si on est du contenu dédié ou non par exemple.

Si on ne prend pas en compte la question de salaire, que retire l’influenceur ? Pour les marques, cela leur permet d’augmenter leur visibilité mais également d’asseoir une certaine légitimité selon les cas. Et l’influenceur obtient un produit gratuit ? Alors oui, le coût du produit en question peut être plutôt conséquent mais malheureusement, on ne paye pas de matériel ni un loyer avec un tapis Cavaleria Toscana.[/vc_column_text][vc_column_text]

Les avantages du marketing d’influence

[/vc_column_text][vc_column_text]Le premier avantage auquel on peut penser, c’est l’avantage économique. Avoir recours à un influenceur est bien moins coûteux qu’une communication classique. Et en plus, bien plus adapté au fonctionnement de notre société actuelle. De plus le retour sur investissement est plus facilement mesurable qu’une campagne print par exemple. Comment peut-on calculer les ventes qui seraient issues d’une publicité placée au milieu d’un magazine ou, dans notre cas, d’une bannière sur un concours (enfin quand on pourra ressortir bien sûr !) ?[/vc_column_text][vc_column_text]🔗 La surconsommation[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

Quelques règles pour les entreprises et les marques

[/vc_column_text][vc_column_text]Pour les entreprises, l’influence s’est très vite révélée être un excellent levier de visibilité, de promotion et donc de vente.

Règle 1 : accepter qu’il s’agisse un métier et rémunérer ses influenceurs, prévoir un budget pour sa communication digitale. On n’est plus sur l’influenceur qui se filme avec son smartphone dans sa chambre et qui se dépatouille avec des logiciels gratuits. Aujourd’hui, il a investi dans du matériel onéreux pour offrir du contenu de qualité. Il est suivi par de nombreuses personnes et cette audience a de la valeur parce qu’elle va générer des leads pour la société qui fait appel à lui. Lui offrir un produit gratuit ne suffit plus !

Règle 2 : bien choisir son influenceur. On est dans un secteur particulièrement niché donc forcément, on n’a pas un choix illimité. Cependant, ils ont tous leurs particularités, notamment sur les caractéristiques de leur audience (âge, géographie, pratique équestre…). Ne vous limitez pas au nombre de followers. Ça ne définit pas l’activité et l’engagement de cette audience. Il existe de très bons outils sur internet qui permettent justement d’analyser l’audience des influenceurs. Tous les influenceurs ne seront pas forcément efficaces en fonction de l’action. Il est nécessaire de faire la différence entre les différents supports (durée de vie du contenu, type, personas…)

Règle 3 : bien encadrer sa campagne d’influence et définir ses objectifs pour éviter tout malentendu. Le brief est essentiel mais n’oubliez pas de laisser à l’influenceur sa liberté de création. Les campagnes massives où tous les influenceurs répètent la même chose sont repérées à des km ! Et vous perdez tous les bénéfices de la campagne parce que personne ne prendra l’influenceur au sérieux.

Règle 4 : les influenceurs, comme les community ou social media managers au passage, ne sont pas assujettis à une obligation de résultat. Ce ne sont pas des commerciaux. Vous ne pouvez pas les blâmer si les résultats ne sont pas à la hauteur ou les punir en faisant des coupes sur la rémunération que vous leur versez. Cependant, des précieuses leçons peuvent être tirées : vos objectifs étaient-ils réalisables ? Avez-vous choisi les bons influenceurs ? Qu’est-ce qui pourra être amélioré à l’occasion de votre prochaine campagne ?[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_gallery type= »image_grid » images= »4020,4021,4022″ img_size= »medium » onclick= »custom_link » custom_links_target= »_blank » custom_links= »#E-8_aHR0cHMlM0ElMkYlMkZ3d3cucGludGVyZXN0LmZyJTJGamFpcG9uZXklMkY= »][vc_separator color= »custom » style= »dotted » border_width= »10″ el_width= »50″ accent_color= »#623947″][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]Comme de nombreuses entreprises se sont retrouvées un peu dépassées par l’ampleur de la chose (et que certains ont senti le bon filon, il ne faut pas se mentir), on a vu se développer de nombreuses agences qui se sont spécialisées dans l’influence et qui se chargent de faire le lien entre la marque et l’influenceur. Elle pilote de A à Z la campagne et permet à l’entreprise d’être plus sereine grâce à leur connaissance du milieu et des spécificités des réseaux sociaux.

Notre filière ayant un fonctionnement, un public et en langage bien spécifique et surtout étant émergente dans le domaine, une agence lambda pourrait bien vite se retrouver perdue dans tout ça. Mais il y a des belles initiatives qui se développent, je pense notamment à l’agence Tag@Da qui est justement la 1ère agence d’influence spécialisée dans la filière équestre.[/vc_column_text][vc_column_text]L’influence a des frontières encore assez floues et ça, quel que soit le domaine. Les choses évoluent extrêmement vite, d’autant plus avec la crise sanitaire que nous traversons, le digital étant devenu un support privilégié quand tous les autres nous ont été retirés. On est tous d’accord pour dire que notre filière est en retard dans le sujet. Cependant, on ne peut nier que ces derniers mois, il y a eu de nombreux progrès. Bien sûr, il reste encore un peu de travail. Et j’essaie, à mon niveau, d’apporter ma pierre à l’édifice en partageant ici conseils et astuces sur ces sujets.

Il va falloir apprendre à faire avec ces nouveaux métiers et surtout en tirer parti.[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

BYE 2020, HELLO 2021 | NEW START (AGAIN… AND AGAIN)

BYE 2020, HELLO 2021 | NEW START (AGAIN… AND AGAIN)

[vc_row][vc_column][vc_column_text]C’est un peu une tradition ce genre d’articles. En parlant justement de tradition… Il n’est pas encore trop tard pour vous souhaiter une très belle nouvelle année ✨[/vc_column_text][vc_separator color= »custom » style= »dotted » border_width= »10″ el_width= »50″ accent_color= »#623947″][vc_column_text]Et pour moi, un passage obligatoire : faire le bilan des mois écoulés en 2020 pour se préparer aux mois à venir, se rappeler les bons souvenirs, retenir les leçons et être fier du chemin accompli.

Alors oui, je sais, étant donné l’année qu’on vient d’encaisser… D’autant que 2021 ne semble pas démarrer sous les meilleurs hospices (tu le sens venir le 3ème confinements ?). Oui mais même ! Malgré tout, n’arrêtons pas de vivre ni même d’espérer ! Alors très belle année à vous, qu’elle vous apporte tout ce que vous pouvez souhaiter, la réussite dans tout ce que vous pouvez entreprendre et surtout la santé (et ce n’est pas une parole en l’air comme chaque année !).

Ce bilan, je ne voulais pas le faire découpé comme d’habitude. Je souhaitais revenir sur certains points mais surtout retranscrire certains moods. D’ailleurs, si vous souhaitez faire le même exercice, je vous ai préparé un workbook pour l’occasion afin de pouvoir faire également cet introspection et démarrer 2021 sur les chapeaux de roue dans tous les aspects de votre vie ! 💪

[/vc_column_text][vc_column_text]🔗 à lire : mon bilan de 2019 et mes objectifs pour 2020[/vc_column_text][vc_column_text]

On ne va pas se repasser le film de 2020 hein ! On a été confinés (2 fois), déconfiné (2fois), on a quand même pu partir en vacances et fêter Noël. On a été privé de nos chevaux pendant 2 mois. On les a retrouvé. Et puis tout le travail qu’à fait la FFE en coulisses a payé et malgré les couvres-feu et compagnie, on peut aller les voir et s’en occuper. Bref.

 

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

QUELLE EST LA CHOSE LA PLUS IMPORTANTE QUE J’AI APPRISE EN 2020 ?

[/vc_column_text][vc_row_inner][vc_column_inner width= »1/2″][vc_column_text]

C’est plus quelque chose que j’ai compris. Je me suis rendue compte que j’avais plus de ressources en moi que je ne croyais.

[/vc_column_text][/vc_column_inner][vc_column_inner width= »1/2″][vc_column_text]A cheval, j’ai démarré la saison 2019-2020, avec cette impression qu’on a tous connu au moins une fois, que j’avais régressé et que je ne savais plus monter. J’ai encaissé, j’ai persévéré et j’ai débloqué bien plus de choses que je n’aurai pu penser ![/vc_column_text][/vc_column_inner][/vc_row_inner][vc_row_inner][vc_column_inner width= »1/2″][vc_column_text]Professionnellement, j’ai terminé 2019 au bout du rolls’ ! Une fin de CDI chaotique avec des patrons qui ont… comment dire… oublié leur côté humain. J’ai démarré 2020 épuisée moralement et surtout pleine de doutes quant à la suite, la peur au ventre. Et malgré tout, j’ai traversé tout ça ![/vc_column_text][/vc_column_inner][vc_column_inner width= »1/2″][vc_single_image image= »3768″ img_size= »medium » alignment= »center »][/vc_column_inner][/vc_row_inner][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

QU’AI-JE ACCOMPLI CETTE ANNÉE ?

[/vc_column_text][vc_row_inner][vc_column_inner width= »1/2″][vc_column_text]

Ce n’est pas un exercice évident… J’ai bien conscience d’avoir fait plein de choses mais je n’ai pas l’impression d’avoir accompli quoi que ce soit.

Est-ce qu’avoir survécu au 1er confinement, en vivant seule, ça compte ?[/vc_column_text][/vc_column_inner][vc_column_inner width= »1/2″][vc_column_text]Sinon je dirai que j’ai réussi à prendre de nouvelles habitudes, le genre d’habitude que tu notes dans tes résolutions depuis des années mais que tu n’appliques jamais. Et finalement, grâce à cette période de 2 mois où le monde a été mis sur pause, ça a été l’occasion, se concentrer sur des trucs qu’on repousse sans cesse, qu’on n’a jamais le temps de faire.[/vc_column_text][/vc_column_inner][/vc_row_inner][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

QU’EST-CE QUE J’AI AIMÉ FAIRE ?

[/vc_column_text][vc_column_text]Depuis que je suis gamine, j’adore lire. Sauf que ça fait des années que je ne lisais plus, surtout par manque de temps (ou même, disons-le, par manque d’intérêt. Préférant choisir la facilité de regarder une série que de lire un bouquin). Mais ça fait plusieurs mois que j’ai pris l’habitude de lire tous les soirs avant de dormir. Bon parfois, il y a des couacs, car trop prise dans l’histoire, je suis incapable de dormir tant que je l’ai pas fini. Mais ça m’aide beaucoup à déconnecter et à m’endormir avec plus de facilités.[/vc_column_text][vc_column_text]🔗 à lire : mon bilan de 2018

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

QUELLE EST MON INTENTION EN 2021 ?

[/vc_column_text][vc_column_text]Mon intention pour 2021 est clairement professionnelle. De manière globale, mon activité freelance est vraiment au centre de ma vie ces derniers temps (peut-être un peu trop d’ailleurs. Mais je suis profondément passionnée par ce que je fais). Je veux vraiment que cette année marque le développement de mon activité, que ça soit dans la filière équestre comme dans d’autres domaines. Mon objectif est qu’elle soit viable d’ici la fin de l’année.[/vc_column_text][vc_gallery type= »image_grid » images= »3774,3775,3776″ img_size= »medium » onclick= »custom_link » custom_links_target= »_blank » custom_links= »#E-8_aHR0cHMlM0ElMkYlMkZ3d3cucGludGVyZXN0LmZyJTJGamFpcG9uZXklMkY= »][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

QU’EST-CE QUE JE SOUHAITE AMÉLIORER ?

[/vc_column_text][vc_row_inner][vc_column_inner width= »1/2″][vc_column_text]

Un truc sur lequel il faut absolument que je travail, c’est prendre de l’avance. Je suis tout le temps dans le rush à jongler avec les différents pans de ma vie. Quand je suis au cheval par exemple, j’ai tendance à culpabiliser de ne pas être en train de travailler. J’ai également un gros soucis de régularité sur le blog que je traîne depuis des années. Le problème c’est que j’ai tendance à le mettre au 2nd (voir 10ème) plan en disant qu’après tout, il n’est « qu’un hobby ». Sauf que dans mon plan, je souhaite vraiment m’appuyer dessus dans le cadre de mon projet professionnel. Et ça il ne faut pas que je l’oublie.

[/vc_column_text][/vc_column_inner][vc_column_inner width= »1/2″][vc_column_text]D’un point de vue équestre, je souhaite continuer à affiner les choses qui se sont débloquées ces derniers mois. Continuer à travailler avec Alaka et non pas contre elle, tirer parti de son énergie et pas lutter contre… J’ai de plus en plus de sensations mais mes réactions prennent encore trop de temps, je pense notamment au niveau des foulées d’appel à l’obstacle.[/vc_column_text][/vc_column_inner][/vc_row_inner][vc_column_text]🔗 à lire : mes résolutions de 2019[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_separator color= »custom » style= »dotted » border_width= »10″ el_width= »50″ accent_color= »#623947″][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]🔗 2022, sois sympa ![/vc_column_text][vc_column_text]

Et en Vrac…

[/vc_column_text][vc_column_text]Une pensée négative à abandonner : que je ne suis pas assez douée pour intéresser (que ce soit sur le blog comme professionnellement)

Une pensée positive à renforcer : que je suis capable de beaucoup de choses quand je m’en donne les moyens

Un sujet sur lequel je veux me former : le graphisme et le dessin

Un truc sur ma bucket list à réaliser : partir en week-end seule[/vc_column_text][vc_column_text]Et vous alors, que retenez-vous de 2020 (hormis ce qu’on en sait déjà) ? Et qu’attendez-vous de 2021 ?[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

NOEL | What I want for Christmas… [Wishlist]

NOEL | What I want for Christmas… [Wishlist]

[vc_row][vc_column][vc_column_text]La liste de cadeaux de Noël, c’est un peu le passage obligatoire en cette période. Un mélange de choses qui me font envie comme d’idées de cadeaux pour un(e) cavalier(e) de votre entourage ou pour vous-même. Rien d’original, on fait ce qu’on peut ! 😉[/vc_column_text][vc_separator color= »custom » style= »dotted » border_width= »10″ el_width= »50″ accent_color= »#623947″][vc_column_text]

📸 Scarlett Equinelife

 

Je ne sais pas si je suis la seule, mais cette année, j’ai beaucoup de mal à me mettre dans l’ambiance de Noël. Pas besoin d’aller chercher bien loin, la situation sanitaire actuelle n’y est pas étrangère.

 

Il faut savoir que je suis pas une grande fan des fêtes. Ca ne date pas d’hier. Par contre, j’ai toujours adoré la période les précédant. Les décos de Noël qui envahissent les rues, cette ambiance cocooning, plaid, chocolat chaud &co… Mais même ça, cette année, j’y arrive pas. Promis, j’essaie ! Je regarde des films de Noël, je me refais pour la énième fois les Harry Potter… mais ça ne prend pas 🤷‍♀️

 

Je n’ai jamais fait de contenu spécialement pour cette période à part des wishlists comme celle de l’an passé. L’occasion de traîner sur les sites de shopping en ligne, de faire le point sur ce qui me manque, découvrir de nouveaux produits et pourquoi pas aider l’entourage de cavaliers qui se sentent complètement perdu face à notre monde bien chelou ! 😂

[/vc_column_text][vc_column_text]🔗 à lire : ma wishlist de rentrée[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

Cavalier

[/vc_column_text][vc_row_inner][vc_column_inner width= »1/2″][vc_column_text]

  1. Legging Sandy Black – We Are Pomme
  2. Les base layers Performance de chez Kramer dans toutes les couleurs (et que je n’arrive jamais à shopper parce que ma taille est toujours out of stock !)
  3. Les chaussettes de compression de Racer Gloves
  4. Les gants Ambition de chez Racer Gloves
  5. Le pantalon Jalisca Rider en beige de chez Harcour à shopper sur Ohlala Sellerie
  6. Les bottes Parlanti chez West Cheval (vraiment ça devient urgent là !)
  7. Le pantalon blanc de chez Alezane (l’espoir de reprendre un jour les concours n’est pas encore mort)
  8. La parka Farenheit de chez Horsepilot (ça fait des années que je lorgne dessus)
  9. Les étrivières larges de chez Forestier

[/vc_column_text][/vc_column_inner][vc_column_inner width= »1/2″][vc_single_image image= »3401″ img_size= »large » alignment= »center »][/vc_column_inner][/vc_row_inner][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

Cheval

[/vc_column_text][vc_row_inner][vc_column_inner width= »1/2″][vc_single_image image= »3402″ img_size= »large » alignment= »center »][/vc_column_inner][vc_column_inner width= »1/2″][vc_column_text]

  1. Les guêtres Capsular par Akhal
  2. Le cicatrisant et le soin pour pied cassant de Nacricare
  3. Les protections de transport Amigo chez West Cheval
  4. Les gants Récréation de chez Racer Gloves
  5. Un joli tapis comme celui de chez Dada Sport
  6. L’amortisseur Isha Jumping chez Siaa Horsewear (belle découverte par Andy !)
  7. La selle monoquartier Boeckelo de chez Forestier (ben quoi ? Ca coûte rien d’espérer !)

[/vc_column_text][/vc_column_inner][/vc_row_inner][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_gallery interval= »3″ images= »3789,3790,3791″][vc_separator color= »custom » style= »dotted » border_width= »10″ el_width= »50″ accent_color= »#623947″][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]Bon, avec le couvre-feu, toute velléité de profiter des fêtes a été étouffée dans l’oeuf. Mais j’attends vos partages de wishlists et vos plans pour finir cette année… particulière ! En attendant, je me penche sur la rédaction de la prochaine newsletter (il est encore temps de t’y inscrire 😉 pas de spam promis !) et de me pencher sur un nouveau projet que j’espère pouvoir vous proposer très vite ![/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

RÉSEAUX SOCIAUX : JUGEMENT ET PRESSION

RÉSEAUX SOCIAUX : JUGEMENT ET PRESSION

[vc_row][vc_column][vc_column_text]Entre les critiques, la pression et les jugements des uns et les regards qui en disent long des autres, ça peut vite devenir pesant. C’est d’autant plus flagrant avec l’évolution des réseaux sociaux.[/vc_column_text][vc_separator color= »custom » style= »dotted » border_width= »10″ el_width= »50″ accent_color= »#623947″][vc_column_text]📸 Nina Mallawaey by Ahmed Al Maawali

On va être honnête, avec le monde du cheval, on ne gravite pas dans le milieu le plus bienveillant du monde (c’est peut-être pareil ailleurs, remarque).

Ca faisait un moment que j’avais l’idée de cet article. Pour plusieurs raisons, des articles que j’ai lu, des situations que j’ai vécu ou dont j’ai été témoin. Mais une chose m’a motivé à me lancer sur le sujet, Danielle Goldstein et les injures dont elle a été victime.

[/vc_column_text][vc_column_text]🔗 à lire Quand le monde des poneys envahit les réseaux sociaux[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

DANIELLE GOLDSTEIN

[/vc_column_text][vc_row_inner][vc_column_inner width= »1/2″][vc_column_text]

Cavalière israélienne de haut niveau, Danielle a un style bien à elle qu’elle assume franchement. Au départ des couleurs de cheveux flashy puis quelques plumes, aujourd’hui une véritable crinière de plumes.

[/vc_column_text][/vc_column_inner][vc_column_inner width= »1/2″][vc_column_text]Perso, je suis fan tant d’un point de vue esthétique que de la symbolique. Elle est elle-même, elle s’assume et elle rayonne. Quand j’ai vu le buzz autour de cette histoire, je n’ai pas compris. Je ne comprends toujours pas d’ailleurs. En quoi quelques plumes dérangent les gens ?[/vc_column_text][/vc_column_inner][/vc_row_inner][vc_row_inner][vc_column_inner width= »1/2″][vc_column_text]

Elle est cavalière, quel est le rapport avec sa coiffure ? Ca ne change pas sa relation avec ses chevaux, ça n’influe aucunement sur son équitation. Alors quel est le problème ?

Bien entendu, il n’y a pas que ça. Quand on creuse un peu sur les réseaux, qu’on s’attarde sur les commentaires, notamment ceux des posts des comptes au plus grand nombre de followers, ce n’est pas très beau à voir…

Bref, tout ça pour dire que ce sujet a été le déclencheur. De par mon métier, je suis très curieuse à ce qui touche aux réseaux sociaux et je commençais à creuser sur le sujet. Un sujet qui faisait étrangement écho en moi, même si je n’avais pas encore mis de mots dessus. Force est de constater qu’on peut trouver de nombreux témoignages sur la pression que représente les réseaux, surtout dans notre milieu ![/vc_column_text][/vc_column_inner][vc_column_inner width= »1/2″][vc_column_text]https://www.instagram.com/p/CAacVuLp26r/?utm_source=ig_embed[/vc_column_text][/vc_column_inner][/vc_row_inner][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

LES RÉSEAUX SOCIAUX

[/vc_column_text][vc_row_inner][vc_column_inner width= »1/2″][vc_column_text]

Le constat que je fais :

TROP DE SIMILITUDES

J’ai l’impression, ces derniers temps, de voir toujours les mêmes choses. Des très jolies photos, professionnelles, retouchées. Des pauses étudiées. Alors c’est très beau mais c’est aussi un peu trop lisse. Et ce côté un peu trop parfait, outre le fait de ne pas coller à la réalité de notre passion (pleine de paille, de crottins et de pas mal de fails, il faut l’avouer), a tendance à faire culpabiliser, à faire complexer.

On est face à une standardisation de l’équitation sur les réseaux sociaux. Autant d’un point de vue « lifestyle » (tenues, matériel..) que de la pratique.

[/vc_column_text][/vc_column_inner][vc_column_inner width= »1/2″][vc_column_text]

PAS ASSEZ DE BIENVEILLANCE

J’ai l’impression que tout est tout noir ou tout blanc. D’un côté, les afficionados du sport et de la compet et de l’autre les fervants défendeurs du bien-être du cheval.

Et là, on se retrouve face à un combat de boxe : les pro-fers contre les anti-fers, les mors contre les ennasures, les disciplines « classiques » contre l’équitation éthologique. Comme si, on ne pouvait pas un peu piocher chez les uns et les autres, mixer, tester, nuancer…[/vc_column_text][/vc_column_inner][/vc_row_inner][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

LA PRESSION DU TROP-PARFAIT

[/vc_column_text][vc_column_text]

Ce n’est pas mal de passer une mauvaise séance, d’avoir été énervé par un truc vu sur insta ou de pas apprécier telle ou telle pratique. Bien sûr qu’on ne sera jamais tous d’accord. Mais c’est aussi ça qu’on recherche au départ, même si on l’a oublié, le partageEchanger avec des personnes qui n’ont pas le même point de vue que nous, apprendre de l’expérience des autres.

[/vc_column_text][vc_column_text]🔗 La surconsommation[/vc_column_text][vc_row_inner][vc_column_inner width= »1/2″][vc_column_text]

Il y a quelques temps de ça, lorsque j’avais mis à plat mes objectifs pour l’année 2018, j’avais souligné quelque chose d’assez représentatif de la situation. Même si cela partait d’un constat vis à vis du blog, c’est finalement applicable à la pratique équestre. En effet, j’avais ressenti un certain mal-être dû à une comparaison par rapport au Youtube équestre. Cela avait entraîné une grosse remise en question et pour la première fois, j’avais envisagé de fermer ce blog.

[/vc_column_text][/vc_column_inner][vc_column_inner width= »1/2″][vc_column_text]La question était : qu’est-ce que je fais là ? Après tout, d’autres sont meilleurs que moi, ont plus de succès que moi… A cheval, avec l’évolution des réseaux, c’est pareil. Celui-là a de plus belles photos que moi, celui-ci est propriétaire et fait des plus grosses épreuves que moi alors qu’il monte depuis moins longtemps. Bref, c’est sans fin ! Alors que ce n’est pas comparable ! Sans compter que les réseaux ne sont pas représentatifs de la vraie vie.[/vc_column_text][/vc_column_inner][/vc_row_inner][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_gallery type= »image_grid » images= »3807,3808,3809″ img_size= »medium » onclick= »custom_link » custom_links_target= »_blank » custom_links= »#E-8_aHR0cHMlM0ElMkYlMkZ3d3cucGludGVyZXN0LmZyJTJGamFpcG9uZXklMkY= »][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

Alors bien sûr, c’est normal de vouloir trouver sur les réseaux du beau, du « qui fait rêver » mais le marketing a eu cet effet pervers de nous encourager à n’offrir que ça, encourager le paraître, le parfait au détriment d’autres valeurs pour l’appât du gain et de la « célébrité ».

Mais à ne voir que ça, cette perfection finit par nous mettre la pression, nous faire nous sentir petit, nul et entretient un manque de confiance en soi déjà très présent.

Est-ce que tu t’es déjà retrouvé à hésiter à poster une photo, une vidéo, une story ? Ou pire à ne pas la poster du tout ?

[/vc_column_text][vc_row_inner][vc_column_inner width= »1/2″][vc_column_text]

Les raisons peuvent diverses. Des plus futiles comme ce complexe de ne pas être à la hauteur parce qu’on n’a pas le dernier tapis Kentucky (Mais si ! Tu sais, le Velvet vert sapin !), parce qu’on n’a pas la doudoune Pénélope ou que notre monture n’est pas assez photogénique (ça paraît aberrant mais je suis sûre que c’est déjà arrivé!). A d’autres, plus inquiétantes, comme la peur de la critique, du jugement. Oui, ça m’est déjà arrivé de ne pas poster une vidéo parce que je n’avais pas envie d’avoir de réflexion parce que je monte en pelham et qu’il arrive que je fasse des fautes de main.

[/vc_column_text][/vc_column_inner][vc_column_inner width= »1/2″][vc_column_text]On a fini par arrêter de monter pour soi, par passion, de s’intéresser au cheval, par amour. On le fait maintenant pour les autres, des anonymes, qu’on ne rencontrera jamais, qui n’ont une voix qu’à travers un écran. On se justifie, on se surpasse, non plus pour le sport, le loisir, la passion mais pour montrer qu’on est meilleur que les autres. Tout cela sous la pression de diverses modes : par exemple l’équitation « positive ». On voit fleurir des gourous sur les réseaux (un peu comme ceux qui prônent la miracle morning, la méditation… dans un contexte plus lifestyle). Leur discours peut être, voulu ou non, moralisateur si on ne pratique l’équitation comme eux, si on fait de la compétition, qu’on met un mors ou qu’on ne pratique pas le R+ : culpabilisation d’aimer faire du sport avec son cheval? Incompatibilité bien-être et sport ?[/vc_column_text][/vc_column_inner][/vc_row_inner][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

LE JUGEMENT ET LES CRITIQUES FACILES

[/vc_column_text][vc_column_text]

Peut-on dire que la communauté équestre est bienveillante ? Tolérante ? Respectueuse ? Si vous avez déjà traîner en bord de piste, j’ai une petite idée de votre réponse à cette question.

Le monde équestre est sévère. Est-ce à cause de l’histoire ancestrale ? De la tradition française, militaire ? Toujours est-il qu’on a peu droit à l’erreur de manière globale et que l’on doit tendre vers la perfection. Ajoutons à ça les réseaux sociaux et on obtient un cocktail détonnant !

Eh bien quelque part, j’ai l’impression que les réseaux, en particulier Insta, c’est un peu devenu le condensé de ce qu’on trouve en bord de piste. Tout le monde a un avis sur tout le monde, sauf qu’il se croit libre de le dire n’importe comment, sous prétexte qu’on est derrière un écran.

Est-ce que s’exposer sur internet (quelque soit le support) = demander un avis ?

Que ce soit le cas ou non, on n’y échappe pas. Je me souviens de la première fois où ça m’a tant marqué. Ce n’était même pas moi qui étais visée. C’était à l’époque des skyblogs, quand Cassandre (Rêve Compulsif) a décidé de vendre sa ponette Ultra. Je me souviens encore avoir été atterrée par la violence des commentaires. C’est sa ponette, elle prend la décision qui lui paraît le plus juste (et on a vu à quel point ça lui a crevé le coeur de prendre cette décision) mais parce qu’elle a décidé de partager son aventure sur le net, elle doit accepter les avis des uns et des autres ?

Et en parlant de cette époque, est-ce qu’on parle des skyblogs puis des pages Facebook sur lesquels étaient partagées le photos de cavaliers lambdas et tout le monde se permettaient de donner un avis, se prenant pour un coach du dimanche ?

[/vc_column_text][vc_column_text]https://www.instagram.com/p/CElnSE2Bhkv/[/vc_column_text][vc_column_text]

Je trouve ce post de Canter and Coffee très vrai. Il s’inscrit parfaitement dans cet article et dans le message que je souhaite faire passer.

Bien sûr qu’on a tous un avis, qu’on émet naturellement une opinion en son for intérieur. C’est humain. Mais il ne faut que notre jugement devienne parole d’évangile, qu’on devienne obtus à toute autre façon de faire, à toute autre vision que la nôtre. Et surtout, il ne faut pas condamner ou complexer en une photo.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

POURQUOI VA-T-ON SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX ?

[/vc_column_text][vc_column_text]

Au départ, c’était le partagel’instantanée (en tout cas, pour Insta), l’authenticité. Il n’y avait pas encore tout l’enrobage marketing, le système de l’influence et encore moins la possibilité de gagner quelques euros en postant une photo.

Aujourd’hui, les marques ont bien compris le pouvoir de prescription de tous ces profils mais on se retrouve maintenant bien trop souvent face à des « influenceurs » qui acceptent tout et n’importe quoi tant qu’il y a une contrepartie (et je parle là de façon générale, pas seulement dans le milieu équestre). Du coup, tout est calculé et tous les coups sont permis (je ne rentrerai pas dans l’achat de followers, les groupes de « soutien » entre influenceurs pour liker les posts des uns et des autres, les bots et autres magouilles, mais on vous voit !).

Et donc, on se retrouve face à ceux qui ont su tirer leur épingles du jeu et ceux qui courent après la notoriété.

Mais est-ce que les influenceurs ont conscience du pouvoir et de la responsabilité qu’ils ont ? Dans le milieu équestre, les communauté des influenceurs sont souvent très jeunes. Ils sont donc en train de construire leur esprit critique, de modeler leur opinion sur tel ou tel sujet. Beaucoup n’auront pas encore le recul nécessaire d’analyser le contenu qu’ils consomment et le prennent donc pour parole d’évangile. Un terrain propice pour après critiquer quelqu’un qui ne fait pas comme leur influenceur préféré.

MOINS DE PRESSION

Les influenceuses body positives ne cessent de le répéter : on peut faire ce qu’on veut à une photo. Tout est une question d’angle, de posture, de lumière, de moment. Pour vous, qu’est-ce qu’un bon cavalier ? Un cavalier qui fait sans faute en concours ? Qui gagne ? Qui a appris à son cheval à se cabrer ? Qui travaille chaque jour sans relâche, en répétant ses gammes ? Qui observe et écoute son cheval ? Quelques soient vos critères, pensez-vous qu’ils peuvent être résumer en une seule photo ?

📌 Souvenons-nous qu’un post ne reflète pas toute une vie. On n’a pas le pourquoi du comment, le vécu… de tel ou tel choix, de telle ou telle action.

📌 Cessons cette recherche perpétuelle d’approbation populaire.

📌 Arrêtons de culpabiliser de ne rien avoir posté, de ne pas avoir fait de story en allant monter, d’avoir juste profité du moment.

📌 Nuançons. Il n’y a pas qu’une vérité, qu’une façon de voir/faire les choses.

📌 Quand on commente un post / article / vidéo, pensons à la suggestion plutôt que l’injonction.

📌 Arrêtons de regarder ce qui ne nous plaît pas, nous fait du mal, nous révolte pour nous concentrer ce qui nous inspire et nous fait plaisir.


[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_separator color= »custom » style= »dotted » border_width= »10″ accent_color= »#623947″][vc_column_text]

SOURCES ET LECTURES COMPLÉMENTAIRES :

[/vc_column_text][vc_column_text]

J’espère avoir réussi à être claire et compréhensive. J’ai mis très longtemps à écrire cet article tellement j’avais d’idées et de réflexions à partager sur le sujet. Et j’aurai pu continuer encore longtemps !

[/vc_column_text][vc_column_text]

N’hésitez pas à me laisser un commentaire pour me partager votre expérience sur les réseaux et n’hésitez pas à partager cet article si tu connais quelqu’un qui vit ce genre de situation.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

BTS | Liste de fournitures

BTS | Liste de fournitures

[vc_row][vc_column][vc_column_text]Pour ce 2ème article de la série de rentrée, voici ma version de ma liste de fournitures ! Bien sûr, il n’y a rien d’essentiel ni rien qui nécessite d’être acheté dans le mois, mais ça fait pas de mal de rêver un peu 😉[/vc_column_text][vc_separator color= »custom » style= »dotted » border_width= »10″ accent_color= »#623947″][vc_column_text]📸 Stable Style

Il fut une période où on pouvait clairement me considérer comme une acheteuse compulsive. Aujourd’hui, je consomme de manière beaucoup plus raisonnable. Chaque achat est réfléchi à 2 fois en fonction de mon besoin et/ou de l’utilité que j’en ferai.

Malgré tout, la période de la rentrée me donne toujours envie de faire le point sur ce dont j’ai besoin ou ce qui me fait envie. L’effet sûrement du souvenir de la tenue toute neuve pour le jour de la rentrée, des cahiers vierges, du nouvel agenda…

Il y a environ 2-3 ans, j’ai fait un tri par le vide dans mes affaires d’équitation. J’ai beaucoup vendu sur internet (coucou Preppy Sport). Alors forcément, si ma sellerie est relativement minimaliste, j’ai certains « besoins » (tout est relatif !).

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

Fournitures – le nécessaire

[/vc_column_text][vc_single_image image= »3311″ img_size= »full » alignment= »center »][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

  1. Protections de transport – Amigo
  2. Tradition édition limitée – Racer Gloves
  3. Veste Femme Noémie – Harcour
  4. Longe – Chetak
  5. ou Veste Lauren – Harcour
  6. Cartes de visite – Vistaprint
  7. Bottes Boxer – Tattini
  8. ou Bottes Denver – Parlanti
  9. Licol en corde – Horse and Ropes et rênes en corde – Horse and Ropes

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

Fournitures – les bonus

[/vc_column_text][vc_single_image image= »3312″ img_size= »full » alignment= »center »][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

  1. Bonnet – Carhartt
  2. Tapis vert sapin – Kramer
  3. Pantalon d’équitation Jalisca Rider Beige – Harcour
  4. Gants Récréation – Racer Gloves
  5. Air Pods – Apple
  6. Etrivières larges – Forestier
  7. Pantalon Dark – GEM
  8. Chaussettes compression – Racer Gloves
  9. Sangle bavette – Kentucky

[/vc_column_text][vc_gallery type= »image_grid » images= »3835,3836,3837″ img_size= »medium »][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]

Petite minute d’auto-promotion : la première newsletter du blog est presque prête (bonus compris !! 😉). Elle sera envoyé dimanche ! Il est encore temps de s’inscrire pour la recevoir (soit en bas de cet article soit dans la barre latérale).

N’hésitez pas à me partager votre wishlist de rêve ou même les sites sur lesquels vous préférez faire votre shopping équestre !

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]