{Zoom Sur} Seaver, la Sangle Connectée

Je suis un paradoxe à moi toute seule. Autant je suis fan de tout ce qui est nouvelles technologies, autant je suis un peu plus difficile quand ça touche au cheval. Je ne veux pas que cela rende artificielle notre relation avec les chevaux.

L’exemple, aujourd’hui, bien souvent, on ne vit plus le moment présent, trop occupés que nous sommes à le snapchatter, le twitter ou le partager. Je sais de quoi je parle, je suis la première à le faire.

Mais parfois, la technologie a du bon et nous permet d’apporter le meilleur à nos chevaux.

C’est ce que nous propose Seaver, une jeune start up française qui est spécialisé dans le développement des objets connectés pour chevaux. Alors après la couverture connectée de Fouganza, la selle connectée de Voltaire Design, nous avons la sangle connectée de Seaver.

seaver-sangle-connecte-equitation-technologie

Comment résumer cette sangle ? Vous voyez les bracelets connectés qui sont très à la mode ces derniers temps ? Ils récoltent des informations sur notre mode de vie, la qualité de notre sommeil, le nombre de pas et pour les plus pointus, on y retrouve même notre fréquence cardiaque. La sangle Seaver s’inscrit un peu dans le même principe.

On a fait du cheval un athlète, on lui doit les soins et l’entraînement adequats.

La sangle et son application dédiée permet de recueillir toutes sortes d’informations au sujet du cheval et de l’effort qu’il fournit en temps réel mais également avec la possibilité de les stocker. Ce qui permet de gérer son entraînement, de surveiller ses performances, sa santé, l’impact de son activité physique.

seaver-sangle-objet-connecté-appli-smartphone.png
Source

Aussi utile pour un cheval de sport comme pour un cheval en rééducation qui doit être particulièrement surveillé lorsqu’il reprend son activité.

Ce petit bijou de la technologie permet de recueillir toutes les données nécessaires pour adapter le travail au cheval, en fonction de ses capacités, de sa santé, de son endurance…

  • On évite ainsi de trop tirer sur la corde en travaillant dans l’excès
  • On suit l’évolution physique du cheval
  • On équilibre le programme de travail en fonction de l’évolution du cheval, basée sur des critères plus pointus et donc plus précis qu’une simple observation
  • Le stockage des données permet de prendre le recul nécessaire sur ses séances et de demander des conseils et avis extérieurs.

seaver-objet-connecte-cheval-technologie-equitation.png

Le capteur présent dans la sangle permet de récolter 2 types de données. Des données transmises en direct ( vitesse, calories, distance, fréquence cardiaque, hauteur du dernier saut )  et des données analysées une fois la séance terminée ( analyse de la symétrie du travail, vitesse max/vitesse moyenne, parcours d’obstacle retracé, temps de récupération entre 2 exercices, analyse à l’approche de l’obstacle, analyse du saut, analyse des allures, détection d’anomalies, boiteries… ).

Seaver lance sa pré-vente dès le 15 juin via Kickstarter et a récemment le label officiel du Pôle Hippolia ( bien connu comme découvreur de pépites équestres )

Le prix ? 599 € pour la sangle et à 299 € pour le protège-sangle.

Je suis d’accord, de fait du prix et de cette technologie avancée, ce produit est destiné à un public plutôt averti. Je trouve qu’il s’agit là d’un produit qui gagne à être testé. En tant que cavalière d’obstacle, je suis toujours curieuse d’étudier mes parcours, observer l’attitude du cheval à l’abord des obstacles, la trajectoire de son saut, voir comment je peux l’améliorer en modifiant ma position, étudiant le meilleur tracé, les meilleures courbes, l’équilibre du cheval… Cette sangle permet d’aller encore plus loin, d’avoir des informations qu’on ne peut simplement observer.

Et outre le côté sportif, si cela peut permettre de mieux veiller à la santé de nos chers chevaux, c’est forcément bon à prendre !

Oui, je sais, cela peut paraître être un objet destiné à des cavaliers pros. Mais nous avons l’opportunité dans notre sport d’utiliser le même matériel que les pros, alors pourquoi s’en priver ? Et puis, la sangle Seaver peut toujours faire l’objet d’un achat groupé avec vos potes d’écurie, l’occasion de mettre en place une garde alternée un peu particulière 😉 ( non, non je ne suis pas tentatrice, j’essaie juste de me déculpabiliser de vous donner envie… :p )

Signature

6 Responses

  1. C’est intéressant, mais pour moi rien ne vaut la connaissance de son cheval… Je vois bien quand elle prend du souffle, quand les séances sont trop intenses le lendemain je le vois… Peut-être qu’à très haut niveau …oui, mais pour moi : non ^^ (sauf si on me l’offre là OK mdr)

    1. C’est ça qui me fait un peu peur. Je trouve cette idée très bien, enfin surtout pour le cheval de sport, j’en vois pas franchement l’utilité pour un cheval de loisir. Mais il ne faut pas s’en servir comme excuse et se cacher derrière pour ne plus écouter son cheval. C’est comme nous avec nos téléphone. Quand on va à un évènement, on a tendance à le vivre derrière notre écran pour le partager sur les RS plutôt que d’en profiter.

  2. entre motion d’équisens, galopeo, la selle, maintenant la sangle, je pense que cette démarche va se démocratisée. bien que cavalière de loisirs à tendance feignasse, je suis quand même curieuse car je ne me rends pas toujours compte du temps de travail, de ma régularité aux deux mains etc … (à quand les horloges dans les manèges bon sang !) et je le prends comme un oeil extérieur sur ce que je peux faire

  3. Non mais ça c’est dingue par contre ! Je trouve ça toujours incroyable ce qu’ils arrivent à faire en objets connectés ! Très sincèrement j’aimerais la tester cette sangle, après comme l’a dit mlleponey, rien ne vaut une bonne connaissance de son cheval ! Mais merci de la découverte !

    1. Ahahah oui oui j’avoue ! En bonne geek, c’est vraiment un produit qui me séduit. Après n’ayant pas de cheval à moi, je ne pense pas que je tirerai entièrement parti de cette perle de technologie !

Laisser un commentaire

Back to Top