Récompenser son Cheval

C’est une conversation que j’ai eu avec mon coach pas plus tard que hier soir.

C’est parti de l’idée que tel ou tel cheval pouvait ne pas aimer tel ou tel cavalier. De là, on est parti sur le fait d’humaniser le cheval. C’est pas une nouveauté. De manière générale, on a tendance à humaniser les animaux, à leur donner des sentiments humains.

Et une réaction typiquement humaine est de récompenser son cheval dès qu’on a fini de travailler ou dès qu’il fait quelque chose de bien.

Mais est-ce la bonne solution ?

C’est une méthode qui fonctionne pour de nombreux animaux mais pas forcément pour tous.
De la même manière, cela peut convenir à certains chevaux mais pas à tous.

A récompenser le cheval pour tout et n’importe quoi, il va finir par vous assimiler à la nourriture. Dans ce cas-là, il peut devenir brusque, à vouloir à tout prix une friandise, quitte à vous bousculer, à ne plus respecter votre espace. Pire, il peut également devenir agressif. Avec vous parce qu’il n’a pas sa récompense, avec les autres chevaux si jamais d’autres naseaux menaçaient de vous renifler.

Après, leur faire plaisir reste justement un plaisir. Lui donner des friandises, pommes, carottes peut se faire. Mais parfois, il faut juste différencier ce moment du travail. Que le cheval n’assimile pas les 2, que ça ne deviennent pas un automatisme pour lui.

De temps en temps, une carotte quand on vient le voir, d’autre fois, avant de partir ou encore juste parce qu’on passe par les écuries.

Mais alors comment les récompenser ?

Il y a plein de manières de leur montrer que ce qu’ils font est bien, qu’ils nous donnent la réponse qu’on attendait.

La plus simple, tout simplement d’arrêter de demander. Là, on aborde la notion de confort/inconfort. Il nous a donné ce qu’on voulait, on lui offre une situation de confort pour le féliciter.

Et puis, il y a bien sûr la classique caresse !
Quand je suis en selle, ma jument adore que je lui grattouille le coté gauche du garrot. C’est marrant, parce qu’elle n’y est pas pas du tout sensible une fois que je suis à pied.

C’est l’occasion de découvrir le ou les points G de votre cheval 😉

Je sais qu’il est tentant de leur prêter des émotions et des réactions humaines, mais parfois il faut leur redonner leur place de cheval et penser comme eux plutôt que de leur faire penser comme nous.

Signature
1 Partages

2 Responses

    1. On veut souvent trop en faire. Mais le trop est l’ennemi du bien!
      Si la récompense avec la friandise marche pour certains animaux, les chiens, les dauphins, ça ne marche pas pour tous.
      Il faut apprendre à arrêter de penser « humain » pour plus penser « cheval »

Laisser un commentaire

Back to Top