Un Monde en Paix… Ou Pas

Eh oui, comme vous pouvez le constater, je suis de retour ! Ca n’a pas été évident et j’ai bien cru ne jamais y arriver. Mais me revoilà !

Et pour fêter ça, un nouvel article !

Pas sûr que le sujet plaise à tout un chacun, je cherche peut-être un peu les problèmes.

Je ne sais pas si vous le savez, mais je travaille chez Horsealot. Ce qui fait que je vois toutes les questions qui sont posées et surtout toutes les réponses, y compris les conflits qui peuvent animer nos utilisateurs. Et c’est sur ces conflits que je voudrai revenir.

Ce qui me choque là dedans, ce n’est pas que les gens ne soient pas d’accord les uns avec les autres, ça à la rigueur, c’est normal et même sain. Mais c’est l’agressivité qui les anime. Chacun a l’air de croire qu’il détient la parole divine.


Alors je voudrai m’arrêter sur les conflits types qui peuvent nous animer.

  • Mettre un mors à son cheval

Un des débats principaux. Mettre ou ne pas mettre de mors, telle est la question ! Bizarrement, ce qui mettent un mors ne reprochant pas aux autres de ne pas en mettre. Par contre l’inverse… Je ne suis pas là pour traiter de qui a raison et qui a tort. Chacun a ses raisons, ses objectifs et son point de vue.

  • Ferrer ou pieds nus

Alors là, on reste dans la même veine. Ceux prônent la ferrure pensent que ceux qui choisissent les pieds nus font une bêtise. Et ceux qui veulent un cheval pieds nus considèrent que ceux qui veulent un cheval ferré n’écoutent pas leur cheval.

  • Le classique vs le naturel

Je crois que je pourrai résumé mon article par ce point-là finalement.

Attention, je vais caricaturer alors j’espère que personne ne le prendra mal. D’un côté, on a les cavaliers classiques. Une selle, un mors, parfois des éperons ou des enrênements. Rien de très nouveau. Mais tout cela est banalisé dernièrement par la mode du courant « naturel » ( je mets entre guillemets parce que pour moi, le réel courant naturel est moins extrémiste que ça ). Ces cavaliers là montent sans mors mais pas sans selle. Les enrênements et les éperons ne sont que des instruments du diable et les cavaliers qui s’en servent ne sont que des esclavagistes modernes.

  • Concouristes

Ah les cavaliers qui font des concours. Ce ne sont que des égoïstes qui ne pensent pas à leur cheval et qui ne font ça que pour leur plaisir perso et pour lesquels le cheval n’est plus qu’un outil.


Dans tout cela, il y a un argument qui revient souvent, tel cavalier n’écoute pas son cheval. Vu de l’extérieur, j’ai l’impression que non seulement on n’écoute plus nos chevaux mais qu’on ne s’écoute plus non plus. Entre les différentes écoles des grand maîtres des années passées, les avancées technologiques actuelles, on a pourtant toutes les cartes en main pour faire ce qu’il faut. Sans compter qu’on a chacun une expérience unique qui pourrait gagner à être partagée.


Attention, je ne suis pas là pour juger qui que se soit. Chacun fait comme il le sent et comme il convient à son cheval. Et c’est justement là tout le but de l’article. Je trouve ça dommage que l’on soit réduit à se jeter des pierres. Un peu de tolérance ne ferait pas de mal.

Signature
1 Partages

2 Responses

  1. Oula, c’est un bien vaste sujet tout ça. Même dans un groupe qui semble partager la « même équitation » il y a des désaccords. C’est un bon gros foutoir bien merdique pour rester polie.
    Un peu de tolérance et d’amour ferait du bien à tous.

    1. Tu viens de résumer mon article en un commentaire 😉
      Je suis bien d’accord avec toi ! On peut ne pas partager le même avis mais pourquoi être aussi intolérants et agressifs ?

Laisser un commentaire

Back to Top