Les Extrémistes vs le Reste du Monde

Ok, je sais, je ne cesse de m’excuser de mon absence. J’avoue avoir beaucoup de mal à trouver le bon équilibre entre ma casquette professionnelle, ma casquette de cavalière, ma casquette de blogueuse. sans parler d’entretenir une certaine vie sociale et la famille. Pourtant, l’envie et les idées sont là ! Quelle frustration !

Enfin bref, je n’abandonne pas le blog et pour vous le prouver, je reviens avec un article. En fait, je voudrai aborder un sujet qui me contrarie pas mal ces derniers temps. Je vois de nombreux débats sur les réseaux sociaux, que ce soit dans le cadre de mon travail ou du blog. Je parle de ceux qui opposent les adeptes « extrémistes » du naturel contre les autres…

Attention, quand je parle des adeptes du naturel, je parle pas de ceux qui essaient de revenir à l’essentiel avec leurs chevaux, qui réfléchissent aux pieds nus, ce genre de choses par exemple… Je parle bien entendu des extrémistes. Qui en deviennent tellement vindicatifs qu’ils en sont agressifs, vulgaires et irrespectueux. Mais là n’est pas le sujet, je ne vais pas rééduquer les gens.

J’ai beaucoup lu. Notamment sur les réseaux sociaux. Et certaines choses m’ont quelque peu hérissé le poil.

Pour traiter le sujet, je pensais reprendre certains « chevaux » de bataille de ces « extrémistes », sans mauvais jeu de mots.


Les méthodes naturelles comme l’éthologie sont mauvaises.

Oui, ces « pseudos » adeptes du naturel sont contre les méthodes plus naturelles ( oui, ça fait beaucoup de naturel ! ). D’après eux, le but reste le même quelque soit la méthode, obtenir du cheval ce que nous voulons, le soumettre. Ce contre quoi ils se « battent ».

Monter, c’est mal

Ah ben bien sûr c’est l’argument ultime ! On leur met du fer dans la bouche ou une corde autour de la tête. On les étouffe avec une sangle ou on leur fait mal en leur rebondissant dessus. On leur cloue le bec avec des muserolles, on les tond parce qu’il paraît qu’on trouve ça joli, on leur coupe la crinière pour les empêcher de chasser les mouches et parce que c’est plus beau, on les enferme dans des boîtes…. La liste est longue des nombreuses tortures qu’on leur inflige, n’est-ce pas ?

Que répondre à ça ? Sur le papier, vu comme ça, ça paraît en effet assez horrible. Est-ce naïf de penser que si le cheval ne voulait pas de nous, il nous le ferait comprendre ? Qui ne s’est jamais retrouvé sur un cheval qui voulait se débarrasser de nous et qui y arrivait très bien ? Et donc pourquoi mon cheval me suit-il quand il se retrouve en liberté ?

Oui, on leur met un mors dans la bouche mais ce n’est pas une obligation ( comme la muserolle et autre noseband d’ailleurs ). Oui, on leur met une selle mais maintenant on fait appel à des experts pour que la selle soit adaptée à leur morphologie et leur soit le plus agréable possible. Il arrive qu’on les tonde mais ce n’est pas automatique et c’est pour éviter qu’ils tombent malade, c’est, bien entendu, adapté à leur activité. Non, on ne va pas tondre un cheval qui reste au pré et n’est pas monté juste pour faire joli. Oui, on leur coupe la crinière mais on peut leur mettre un masque anti-mouche et des produits répulsifs pour compenser. Bref, on pourrai passer des heures à se justifier.

A les écouter, ces extrémistes, on dénature les chevaux. Ce qui ne serait pas faux si le cheval était encore un animal sauvage avec un fort instinct primaire. Mais ce n’est plus le cas. Aujourd’hui, le cheval fait parti de la vie de l’homme. Combien de chevaux resterait-il et comment vivraient-ils si il était resté un animal totalement sauvage ?

Pour finir, l’arguments WTF bonus : On ne doit pas acheter un cheval.

Oui, oui, vous avez bien lu ! Si l’on veut avoir un cheval, il ne faut pas que ce soit dans le cadre d’un commerce ni pour le monter, le dresser ou le faire obéir à nos ordres. Non, je n’invente rien. J’ai bien lu ceci dans un commentaire sur Facebook. Dans ce cas, on ne doit pas dresser les chiens non plus ni éduquer les enfants si on va dans ce sens !


Mon point de vue ?

Si on part comme ça, autant rendre aux chevaux leur liberté et les remettre dans la nature sans aucun contact avec l’homme. Le cheval est un animal domestique depuis X temps. Sa vie aux côtés de l’homme fait maintenant parti de son fonctionnement.

Oui, je monte à cheval, je lui mets un mors dans la bouche et une selle sur le dos et même que parfois je saute des obstacles. Pour beaucoup, je dois être la pire esclavagiste de chevaux du monde, comme beaucoup d’entre nous. Et pompon sur la Garonne, il m’arrive même parfois d’utiliser des enrênnements ( Fouettez-moi ! )

Oui j’aime monter à cheval pour mon plaisir certes. Mais ça ne m’empêche pas d’être à l’écoute de mon cheval. Comme nous, ils leur arrive de ne pas avoir envie de « travailler ». Dans ces cas-là, je ne force pas. Pourquoi pas une balade, une sortie en main, partir se balader pour brouter. Parfois remplacer le filet par le licol ou le travail monter par le travail à pied.

Je ne sais pas si j’arrive à bien m’expliquer. Cet article est un peu brouillon. Ce que je veux dire, c’est qu’on a tous notre manière de voir les chevaux. Mais sauf exceptions ( comme partout ), nous avons le respect et l’amour du cheval. Nous sommes nombreux à faire passer nos chevaux avant nous-même, même si nous les côtoyons pour notre plaisir.

Il faut s’adapter et être ouvert aux différentes possibilités. Certains voudront un cheval de compagnie ou pour le travail à pied. D’autres aimeront monter que se soit pour le dressage, le saut ou l’extérieur. Certains chevaux seront mieux en licol, d’autres non. Certains couples cheval/cavalier débuteront avec une méthode pour en changer en cours de route.

C’est aussi ça qui est beau, rien n’est déterminé. On apprend, on se trompe, on essaye, on découvre.


Le but de cet article n’est pas de créer de polémique, ni de dire qui a tort, qui a raison, ce qui est le bien ou le mal. Je ne pense pas qu’il y ait de méthode universelle avec les chevaux. Il y a autant de méthodes qu’il y de chevaux. Je voulais surtout souligner un manque d’ouverture d’esprit et une intolérance flagrante de la part de ces personnes. A croire que ceux qui ne vont pas dans le même sens qu’eux sont des monstres.

Je trouve ça tellement dommage, nous avons la même passion, le même amour pour ces animaux et pour ce sport. Mais nous avons pourtant tous une expérience et des connaissances différentes. Nous gagnerons beaucoup plus à partager qu’à se dire que c’est « nous qui avons raison. Vous êtes méchants, égoïstes, cruels ( ne rayez pas la mention inutile ), vous torturez les chevaux…. blablabla ».

Je ne rentre jamais dans ces débats parce que c’est une perte de temps mais je tenais malgré tout à en parler ici.

Et vous, êtes-vous déjà tombés sur ce genre de débats ? Qu’en pensez vous ?

Signature
2 Partages

8 Responses

  1. Entièrement d’accord, les extrémistes quels qu’ils soient sont dangereux! Il y a aussi ceux qui ne vermifugent pas, qui refusent tout traitement allopathique… Bien sûr qu’il vaut mieux utilser les medecines alternatives, mais parfois, il faut passer aux anti inflammatoires, ou aux antibiotiques. Le cheval pieds nus, c’est l’idéal selon moi. Mais je ne pense pas que tous les chevaux puissent t le supporter.

    1. Tout à fait ! Il y a un cheval dans le pré de ma jument retraité ( qui est pieds nus ), dès qu’il perd un fer, c’est le drame, il ne marche plus. Certains ne le supportent tout simplement pas ou bien c’est nécessaire selon leur activité. Il faut arrêter de voir le mal partout. On s’adapte à son cheval et on l’écoute. On fait tous de notre mieux de toute façon !

  2. Justement j’avais eu l’idée d’un article traitant véganisme et équitation, mais j’avais trop peur que ça parte en débat. Tu as tout à fait raison, c’est bien écris et je pense que que tu as bien fait de l’écrire!

    1. Merci beaucoup ! Ca me fait très plaisir ce que tu me dis !
      Je t’avoue que j’ai aussi hésité à l’écrire. Mais il fallait que ça sorte. Je vois tellement de choses sur les réseaux sociaux, surtout Facebook, qui me rendent dingue ! Surtout qu’à l’heure actuelle, le véganisme est surtout devenu une mode. Beaucoup s’y plongent sans vraiment savoir le pourquoi du comment. Et souvent, ce sont ceux qui en savent le moins qui sont les plus extrémistes, comme s’ils avaient des choses à prouver.
      En tout cas, je suis contente que mon article soit clair, parce que j’avais vraiment peur que ce soit trop brouillon. Beaucoup de choses à dire, tout se bousculait dans ma tête 🙂

  3. Excellent article, il faut faire savoir à ces »extrémistes » que nous, les « gens de chevaux » aimons, soignons et respectons nos amis les chevaux. Et bravo à tous ceux qui peuvent prendre le temps de clouer le bec à ces fanatiques, qui n’ont aucune idée de ce qu’est le bien-être animal !

Laisser un commentaire

Back to Top