Collier de chasse, bricole, vraiment utiles ?

Photo by Noelle Floyd

La monture de Lilly Keenan est équipé d’une fausse bricole et d’un collier de chasse 3 points.

Quand j’ai commencé à monter à cheval et surtout quand j’ai pu investir dans mon propre matériel, j’ai succombé à la mode de l’époque. Vous savez, ces colliers de chasse dont on choisissait la couleur des élastiques et qu’on assortissait à notre tapis (#teamchocociel) ? Maintenant avec le recul, je me demande quel en était le réel intérêt.

Si avant j’étais prise de fièvre acheteuse et que je voulais simplement que ma monture soit « pimper », aujourd’hui, avec le recul et l’expérience, je réfléchis davantage à l’intérêt/l’utilité du matériel que j’utilise et son impact sur le bien-être du cheval.

En ai-je besoin ? Est-il adapté à mon cheval ? Est- absolument nécessaire ? Et je me pose la question en ce qui concerne le collier de chasse et la bricole qui me semble malgré tout entraver le mouvement du cheval, notamment à l’obstacle.

La bricole

De base, la bricole est un élément de la briderie d’attelage. En effet, elle s’appuie sur les épaules du cheval pour permettre la traction des charges (comme nous lorsque l’on pousse une porte un peu lourde par exemple, on fonctionne avec nos épaules).

Donc en dehors de son usage initial, je ne vois pas trop quelle pourrait être son utilité. Et pour le saut d’obstacles par exemple, c’est bien sûr contre-indiqué.

By Lucio Landa
(exemple de collier de chasse 5 points)

La fausse bricole

J’ai eu une fausse bricole. Ca a été une étape dans ma « désintox » du collier de chasse.

Elle libère beaucoup plus les épaules qu’une bricole. Cependant, mal réglée, elle peut gêner la respiration du cheval, appuyant sur la trachée. Même si maintenant, plupart sont en élastique tout le long, ce qui limite ce genre de désagrément.

Ce que je trouve complètement paradoxale compte tenu de son usage de base. Ces enrênnements ont normalement pour fonction première d’empêcher la selle de reculer. Or si la selle recule avec une fausse bricole, cette dernière va forcément venir s’appuyer contre l’encolure du cheval. A moins qu’elle soit réglée de manière très lâche et dans ce cas, elle ne sert à rien.

Le collier de chasse 5 points

Ca aussi j’ai eu (quand je dis que j’ai été atteinte de fièvre acheteuse…). Je vais être honnête, j’ai acheté un collier de chasse 5 points uniquement par soucis esthétique. C’est un modèle que l’on retrouve surtout en complet, sur le cross et je n’en fais que rarement. Pour l’anecdote, il y a quelques années lors du célèbre CCI de Pau, une lanière du collier de chasse de Gwendolen Fer avait lâché. La cavalière a finit son parcours de cross tant bien que mal avec la selle dans une position plus que précaire.

Le réglage de ce modèle est beaucoup plus flexible que les autres puisque chaque partie est réglable indépendamment mais aussi, de ce fait, beaucoup plus délicat.

Le collier de chasse 3 points

Si il ne devait en rester qu’un, ça serait celui-là. J’ai eu le modèle à pont de CWD (dont j’ai dû me séparer malheureusement) mais compte tenu de ma pratique équestre, c’est celui qui me paraît le moins gênant pour le cheval.

Quand on regarde le modèle, le collier de chasse passe par l’inter-ars, au-dessus des épaules et est relié par le pont au-dessus du garrot (attention au pont d’ailleurs. Mal réglé il appuie sur le garrot). Alors même si ça doit forcément avoir un impact sur la locomotion du cheval, il semble moindre par rapport aux autres modèles.

Alex Crown by Bret St. Clair

Dans tout les cas, quelque soit l’équipement dont on parle que ce soit un collier de chasse, un filet ou autre, le réglage en fonction de la morphologie de son cheval est à faire minutieusement. Trop serrés, la selle ne pourra pas se placer correctement et coincera la tête des scapulas et/ou le garrot par exemple.

Attention, cet article n’a pas pour but de diaboliser le matériel que l’on peut utiliser sur nos chevaux.

Je cherche juste à remettre les choses dans leur contexte. Chaque outil (car c’est bien de ça dont il s’agit) a été pensé pour une raison et une fonction précise. A trop vouloir suivre la mode ou faire comme les cavaliers que l’on admire, on peut faire des bêtises. Et même si l’erreur est humaine, ce sont ces erreurs qui font que certains diabolisent mors et enrênnements aujourd’hui. Alors avant de prendre une décision, on se renseigne, on lit, on demande à des pros 😉

Alors oui, je sais, de base, nous ne devrions pas avoir besoin de ces artifices. Si la selle est adaptée à la morphologie du cheval, il n’y a pas de raison qu’elle recule. Maintenant, certaines morphologies font que même une selle adaptée peut reculer (passage de sangle ou garrot peu marqué). De plus, tout le monde n’a pas les moyens de faire faire une selle sur-mesure à son cheval donc même si on cherche à y coller au mieux, il peut toujours y avoir des petits défauts. Et encore, je ne parle pas des évolutions physiques d’un cheval au cours de sa vie (quoi ? Vous ne changez pas de selle à chaque modification de sa musculature ?! Je comprends pas pourquoi…).

Bref, tout ça pour dire que si j’ai pu tester de nombreux modèles (je suis un peu mono-maniaque et le collier de chasse était vraiment l’accessoire hype à avoir) je n’en mets plus aujourd’hui car je n’en ai tout simplement pas l’utilité.

Et vous, avez-vous investi dans du matériel uniquement par soucis d’esthétisme ?

Signature
2 Partages

Laisser un commentaire

Back to Top